Effet de l’âge relatif sur l’initiation d’un traitement par méthylphénidate et sur le recours à l’orthophonie en France chez les enfants de 5 à 10 ans

Page de téléchargement
Cette étude pharmaco-épidémiologique quantifie l’effet de l’âge relatif sur l’initiation d'un traitement par méthylphénidate et le recours à la rééducation orthophonique.

Présentation

Cette étude a été conduite par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare constitué par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam).

Contexte

En France, les enfants d’un même niveau de scolarité ont jusqu’à 12 mois d’écart d’âge en l’absence de redoublement, une différence relative très importante durant les premières années. L’enfant né en décembre a en moyenne 11 mois de moins que celui né en janvier, soit un écart d’âge relatif de - 13 % entre 5 ans et 9 mois d’une part et 6 ans et 8 mois d’autre part.

L’effet d’âge relatif fait référence à l’avantage qu’ont les individus nés plus tôt au sein d’un groupe constitué à partir des années de naissance (avantage d’être né en janvier par rapport à décembre pour une même classe).

L’effet de l’âge relatif au sein d’un même groupe est largement connu en sciences de l’éducation avec des performances scolaires globalement inférieures pour les plus jeunes et qui peuvent persister parfois à l’âge adulte.

Objectif

Cette étude évalue l’effet de l’âge relatif sur l’initiation d’un traitement par méthylphénidate (Ritaline® et génériques) et sur la prise en charge en orthophonie chez les enfants de 5 à 10 ans.

Méthode

Une étude de cohorte nationale prospective en population menée à partir du système national des données de santé (SNDS) a inclus les enfants nés en France de 2010 à 2016, soit plus de 4 millions d'enfants. La date d’entrée dans la cohorte correspondait au 1er septembre de l’année civile des 5 ans, avec un suivi jusqu'au 31 juillet des 10 ans ou jusqu’à la fin de l’étude (31 juillet 2022). Les enfants ayant déjà eu divers diagnostics avant l’entrée dans la cohorte, comme des anomalies chromosomiques, des malformations congénitales, des troubles mentaux, du comportement ou du développement, une prescription de méthylphénidate, d’autres psychotropes ou une rééducation orthophonique ont été exclus de l’étude.

Résultats

Parmi les 4 769 837 enfants observés dans l’étude évaluant la prescription de méthylphénidate, 38 794 (0,8 %) ont débuté un traitement avec ce médicament.

Sur les 4 188 985 enfants inclus dans l’étude sur le recours à l’orthophonie, 692 086 (16,5 %) ont été pris en charge par un ou une orthophoniste.

Chez les enfants d'un même niveau de scolarité, l’initiation de méthylphénidate augmentait régulièrement et fortement selon le mois de naissance. Comparés aux enfants nés en janvier, les natifs de février ont 7 % de risque supplémentaire de se voir prescrire du méthylphénidate, ceux d’avril 9 %, ceux de juillet 29 %, ceux d’octobre 46 % et ceux de décembre 55 %.

Les mêmes tendances ont été observées concernant les séances d’orthophonie, dont le recours augmentait de 3 % chez les enfants nés en février, de 12 % chez les natifs d’avril, de 30 % chez ceux de juillet, de 49 % chez ceux d’octobre et de 64 % pour ceux nés en décembre, tous étaient comparés aux enfants dont les naissances avaient eu lieu en janvier de la même année.

L’effet de l’âge relatif sur l’initiation d’un traitement par méthylphénidate est plus marqué à partir du CE1 (7 ans). Quant à la rééducation orthophonique, l’effet est amplifié dès la grande section de maternelle (5 ans).

Conclusion

En conclusion, chez les enfants d’un même niveau scolaire en France, une différence d’âge de quelques mois (effet d’âge relatif) a un impact considérable sur la fréquence d’initiation du méthylphénidate, mais aussi de l’orthophonie.

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer ces résultats : les plus jeunes enfants d’une classe, avec une moindre maturation neurologique liée à l’âge réel, pourraient être confrontés à des exigences trop élevées, particulièrement au cours des premières années d'école. Les enfants les plus jeunes seraient alors plus susceptibles d'être diagnostiqués par excès avec un trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ou avec des troubles des apprentissages.

Inversement, une moindre probabilité ou un retard de prise en charge du TDAH et des autres troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez les enfants les plus âgés de la classe (ayant une plus grande maturité) pourraient aussi expliquer l’effet d’âge relatif observé, particulièrement dans un contexte d’offre de soins limitée en pédopsychiatrie et orthophonie en France.

Ces travaux sont appelés à enrichir les réflexions de la communauté éducative, des médecins prescripteurs et des orthophonistes sur leurs pratiques d’enseignement, de diagnostic et de prise en charge thérapeutique. Ils seront ainsi intégrés aux recommandations de bonne pratique sur le diagnostic et la prise en charge des enfants et adolescents atteints de TDAH actuellement en cours d’élaboration sous l’égide de la Haute Autorité de santé

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Effet de l’âge relatif sur l’initiation d’un traitement par méthylphénidate et sur le recours à l’orthophonie en France chez les enfants de 5 à 10 ans. Juin 2024.

Informations sur la publication

Propriété Valeur
Thème(s) médicaments et dispositifs médicaux ; population assurée et prise en charge
Mot(s)-clé(s) auxiliaire médical ; système d'information
Collection Études pharmaco-épidémiologiques
Date de publication juin 2024
Auteur(s) Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare
Fréquence de parution de la collection ponctuelle

Autres publications de la collection

    • Risques de cancer chez les enfants conçus par assistance médicale à la procréation

      22 mai 2024

    • Suivi de l’utilisation de Wegovy® dans le cadre de son accès précoce

      19 mars 2024

    • État des lieux de la pratique de la vasectomie en France entre 2010 et 2022

      12 février 2024

    • Sécurité du vedolizumab et de l'ustekinumab par rapport aux anti-TNF chez les femmes enceintes atteintes d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin

      07 février 2024

    • Grossesse à risque chez les femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde

      07 février 2024

    • Risque de saignements menstruels abondants ayant nécessité une prise en charge à l’hôpital au décours de la vaccination contre le Covid-19

      25 janvier 2024

    • Suivi de l’utilisation de Truvada® ou de ses génériques pour une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH

      15 décembre 2023

    • Association entre les vaccins contre le Covid-19 et la survenue du syndrome de Guillain-Barré

      12 octobre 2023

    • Utilisation de progestatifs et risque de méningiome intracrânien

      30 juin 2023

    • Efficacité des doses de rappel vaccinal sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en période de circulation des sous-lignages BA.4 et BA.5 du variant Omicron

      21 février 2023

    • Évaluation de l’impact des mesures de réduction du risque de méningiomes intracrâniens lié à l’utilisation de fortes doses d’acétate de cyprotérone

      01 décembre 2022

    • Étude d’utilisation de l’antiviral oral Paxlovid®

      28 novembre 2022

    • Utilisation en France des vaccins monovalents et bivalents à ARN messager contre la Covid-19 du 3 octobre au 13 novembre 2022

      25 novembre 2022

    • Utilisation des biosimilaires des anti-TNF alpha en France

      16 novembre 2022

    • Recours à l’oxygénothérapie à domicile pour une infection à SARS-CoV-2 en 2021 en France

      19 octobre 2022

    • Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de plus de 12 ans en France

      22 juillet 2022

    • Efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH en vie réelle parmi les hommes à haut risque d’infection en France

      12 juillet 2022

    • Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France

      07 juillet 2022

    • Taux de vaccination pour la Covid-19 des femmes enceintes en France

      01 avril 2022

    • Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de Covid-19 après un schéma vaccinal complet en France

      11 février 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 au sein des départements d’outre-mer

      09 février 2022

    • Évaluation du risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire suite aux différents vaccins anti-Covid-19 chez les adultes de moins de 75 ans en France

      18 janvier 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 en France

      11 octobre 2021

    • État des lieux de cinq interventions chirurgicales courantes impliquant des dispositifs médicaux implantables pendant la pandémie de Covid-19

      30 septembre 2021

    • Maladies chroniques, états de santé et risque d'hospitalisation et de décès hospitalier pour Covid-19

      23 juillet 2021

    • Association entre le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer- BioNTech et les événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France

      19 juillet 2021

    • Usage des médicaments en ville durant l'épidémie de Covid-19 : points de situation

      27 mai 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de nomégestrol et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de chlormadinone et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Hydroxychloroquine au long cours et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19

      01 juillet 2020

    • Exposition prolongée à de fortes doses d’acétate de cyprotérone et risque de méningiome chez la femme

      01 juillet 2019

    • Utilisation et risques associés à l'exposition à l'acide valproïque au cours de la grossesse

      01 juin 2018

    • Baclofène en vie réelle en France entre 2009 et 2015 : usage, persistance et sécurité

      01 juin 2017

    • Étude d'impact des mesures de réduction du risque tératogène de Soriatane® (acitrétine)

      01 février 2017

    • Utilisation des biothérapies dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

      01 juin 2016

    • Utilisation du baclofène pour le sevrage alcoolique en France entre 2007 et 2012

      01 juin 2013

    • Risque d’embolie pulmonaire, d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’infarctus du myocarde chez les femmes sous contraceptif oral combiné

      01 juin 2013

    • Risque de survenue de cancers et insuline glargine chez les patients diabétiques de type 2

      01 juillet 2012

    • Risque de cancer de la vessie chez les personnes diabétiques traitées par pioglitazone en France

      01 juin 2011